7 juillet 2022

Près de 70% des artisans interrogés impactés par la guerre en Ukraine

La Chambre de métiers et de l’artisanat (CMA) de Nouvelle-Aquitaine communique les résultats d’une enquête de conjoncture centrée sur les conséquences de la guerre en Ukraine*. Quelques mois après le début du conflit, 68,1% des chefs d’entreprise artisanale de Charente-Maritime interrogés répondent rencontrer des difficultés.

*Artisanat en Nouvelle Aquitaine : Enquête conséquence guerre en Ukraine – avril 2022

L’alimentaire est le secteur le plus impacté en Charente-Maritime

Le conflit touche tous les secteurs : 86,5% pour le secteur de l’alimentaire, 81,8% pour la production, 75% pour le bâtiment, et 50,8 % pour les services.

Le coût des carburants pointé par la majorité des artisans

Le coût des déplacements arrive en tête avec 84% des difficultés citées, suivi du coût des matières premières (68,5%). La baisse du pouvoir d’achat de la clientèle est citée en 3e niveau d’importance avec 64%. Suivent ensuite les problèmes d’approvisionnement (48,6%), le coût de l’énergie (36,9%) et la renégociation des devis (28,8%). Les difficultés salariales sont aussi évoquées par 5,4% des répondants.

Un niveau de fragilité des entreprises artisanales élevé

Près de la moitié (49%) se disent en situation de fragilité financière. Le niveau bas de la trésorerie est la fragilité la plus citée (87%), devant la réduction des marges (53%). Sont ensuite évoqués, l’allongement des délais de paiement (15,6%), l’augmentation des impayés (14,3%) ou bien l’échéance du remboursement du PGE (12,9%).

Des besoins en information importants

57% de l’ensemble des répondants expriment le besoin d’être informés sur les mesures de soutien aux entreprises. 6,2% souhaitent être informés sur la cybersécurité, 4,6% sur les possibilités de venir en aide aux Ukrainiens et 2,7% sur les sanctions concernant les exportations vers la Russie.

Près de 65 % de répondants inquiets sur l’avenir de leur entreprise

Questionnés sur leur niveau de confiance en l’avenir, 4,3% se disent très confiants, 30,8% plutôt confiants, 53,7% plutôt pas confiants, et 11,1% pas du tout confiants.

Comment s’organiser pour répondre à la crise ?

  • 34,4% n’envisagent pas d’actions préventives particulières,
  • 36,8% envisagent d’améliorer leur stratégie commerciale
  • 34,4% des répondants pensent optimiser au maximum leurs consommations énergétiques,
  • 23,3% pensent diversifier les fournisseurs,
  • 11% modifier leur organisation interne,
  • 3% comptent renforcer leur sécurité informatique.
  • Enfin, 23,9 % des répondants souhaitent être contactés par un conseiller de leur CMA.

Témoignage : « Je m’en sors car mes clients privilégient les moments de convivialités »**

Pierre Frey, dirigeant de Pierre de Ronce, spécialités apéritives, à Ronce-les-Bains (Charente Maritime).

« Je commande du saumon label rouge d’élevage d’Ecosse, le prix est passé de 10,5 € le kilo en août 2021 à 15, 65 € le kilo en mai 2022, j’ai du mal à croire que l’augmentation soit liée à la hausse des prix des céréales pour les nourrir ou même à celle de l’énergie » lâche Pierre Frey. L’artisan qui dispose d’un stand de 12 mètres de long sous la halle du marché de Ronce-les-Bains ne se plaint pas : « Ici nous avons la chance d’avoir une clientèle touristique importante, et je m’en sors dans ce contexte morose car mes clients privilégient les moments de convivialités auxquels mes produits répondent ». L’artisan parvient à faire face aux ruptures de stocks (huiles) et aux délais de livraison plus longs (emballages).

**Propos recueillis en avril 2022

Inscription à la newsletter